Communiqué de Leclerc à Brazzaville en 1942-1943

(Sources : Mémorial Leclerc de Hauteclocque, Musée Jean Moulin, Mairie de Paris)

Communiqué n° 1 du Général Leclerc

(Brazzaville, 25 décembre 1942)

Depuis deux jours, les Forces Françaises Combattantes du Tchad sont aux prises avec l'ennemi au Fezzan. Un détachement motorisé ennemi a été mis en déroute par les premiers éléments.

Communiqué n° 2 du Général Leclerc

(Brazzaville, 27 décembre 1942)

Les opérations continuent à se dérouler d'une façon satisfaisante, appuyées efficacement par les avions du groupe " Bretagne."

Communiqué n° 3 du Général Leclerc

(Brazzaville, 3o décembre 1942)

Les combats continuent dans la région du Fezzan.

Communiqué N° 4 du Général Leclerc

(Brazzaville, 30 décembre 1942)

Dans le Sud du Fezzan, nos éléments motorisés continuent leur progression.

Communiqué n° 5 du Général Leclerc

(Brazzaville, 3o décembre 1942)

Le Groupe "Bretagne" a effectué le bombardement de l'aérodrome de Sebha. Au moment du bombardement, de nombreux avions se trouvaient sur cet aérodrome. Un important incendie a été observé. Tous nos avions sont rentrés à leur base.

Communiqué n° 6 du Général Leclerc

(Brazzaville, 1er  janvier 1943)

Les combats continuent à se dérouler favorablement. Un avion ennemi, qui tentait de s'opposer à la progression de nos éléments, a été abattu.

Communiqué n° 7 du Général Leclerc

(Brazzaville, 1er janvier 1943)

Un groupement des Forces Françaises Combattantes, sous les ordres du Colonel Ingold, a bousculé une colonne motorisée ennemie. Au cours de la poursuite, nos éléments ont capturé un (canon ?) et une voiture, et ont relevé plusieurs morts ennemis. Les Forces Françaises n'ont subi aucune perte. L'aviation française a continué ses opérations offensives en bombardant le poste italien de Mourzouk. Nos avions de combat ont également mitraillé au sol des détachements ennemis qui occupaient la Palmeraie. A la suite de toutes ces opérations tous nos appareils sont rentrés à leurs bases.

Communiqué n° 8 du Général Leclerc

(Brazzaville, 3 janvier 1943)

A plusieurs centaines de kilomètres de la frontière Tchado-Libyenne, nos forces motorisées poursuivent leur progression vers le Nord. Raids de notre aviation sur plusieurs postes ennemis.

Communiqué n° 9 du Général Leclerc

(Brazzaville, 5 janvier 1943)

Entre nos éléments motorisés et l'ennemi, les combats continuent, rendus extrêmement difficiles et pénibles en raison des conditions atmosphériques tris défavorables.

Communiqué n° 10 du Général Leclerc

(Brazzaville, 6 janvier 1943)

Les conditions atmosphériques, s'étant améliorées, les troupes françaises combattantes continuant leur progression ont bloqué une nouvelle importante position ennemie.

Des colonnes motorisées ennemies, qui tentaient de dégager cette position, ont été vigoureusement repoussées, et ont dû se replier vers le Nord. Le groupe " Bretagne " continue à appuyer efficacement les opérations.

Communiqué n°11 du Général Leclerc

(Brazzaville, 7 janvier 1943)

Après trois jours de combats et de violents bombardements, les troupes du Colonel Ingold ont enlevé la position-clé de Oum-el-Araneb, qui a -Capitulé le 4 janvier. Cette position était très fortement tenue par l'ennemi, qui a laissé entre nos mains plusieurs centaines de prisonniers, dont une dizaine d'officiers, to canons, un grand nombre de mitrailleuses, de mortiers et un matériel considérable.

Communiqué n° 12 du Général Leclerc

(Brazzaville, 8 janvier 1943)

La position ennemie de Gatroun a capitulé le 6, laissant entre nos mains environ 177 officiers et hommes de troupe, et un important armement pas encore dénombré. C'est le groupe nomade méhariste du Tibesti, qui, sous les ordres du Capitaine Sarazac, après avoir couvert des centaines de kilomètres en un temps record, n'a laissé aucun répit à l'ennemi et a enlevé cette position. Le groupe " Bretagne " a entièrement détruit le hangar d'aviation, les ateliers de Sebha et un dépôt de munitions situé à proximité immédiate.

Communiqué n° 13 du Général Leclerc

(Brazzaville, 9 janvier 1943)

La défaite ennemie se transforme en déroute. Nos éléments avancés ont déjà occupé Brach. D'autres garnisons sont bloquées par nos troupes.

Brach est à plus de 200 kilomètres au Nord-Ouest d'Oum-el-Araneb et à
plus de 1.0oo kilomètres de nos premiers postes du Tibesti.

Communiqué n° 14 du Général Leclerc

(Brazzaville, 11 janvier 1943)

Dans le Nord du Fezzan, les opérations continuent avec succès. L'organisation administrative et militaire des territoires conquis par les Forces Françaises Combattantes se développe rapidement. Le Lieutenant- Colonel Delange a été désigné Commandant militaire du Fezzan. La vie économique du pays a déjà repris.

 

Communiqué n° 15 du Général Leclerc

(Brazzaville, 12 janvier 1943)

La conquête du Fezzan est maintenant terminée; les troupes du Colonel Ingold ont occupé Mourzouk, capitale religieuse, et Sebha, principal centre militaire ; les garnisons ont été presque entièrement faites prisonnières, nos éléments avancés ont largement progressé vers le Nord où un engagement a eu lieu avec un détachement motorisé ennemi. Après un vif combat l'ennemi s'est replié, laissant entre nos mains une voiture de combat et un important matériel de guerre.

Communiqué n° 16 du Général Leclerc

(Brazzaville, 14 janvier 1943)

En moins de trois semaines, les troupes de la France Combattante ont conquis tout le territoire du Fezzan. Le bilan de cette campagne se chiffre déjà par plus de 700 prisonniers, 40 canons, 18 chars de combat, ainsi qu'un nombre important d'armes et de véhicules capturés par les Français. Trois nouveaux drapeaux viennent s'ajouter aux quatre qui ornent déjà la Salle d'honneur du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad.

Communiqué n° 17 du Général Leclerc

(Brazzaville, 20 janvier 1943)

Les troupes du Colonel Ingold, attaquant à la gauche de la elle Armée, progressent vers le Nord.

Communiqué n° 18 du Général Leclerc

(Brazzaville, 21 janvier 1943)

La liaison a été établie par le Colonel Carretier entre les Forces Françaises Combattantes et les troupes françaises de la région de Djanet. Le Général Leclerc leur avait demandé d'occuper Ghât dans lequel se trouvaient encore des Italiens que la prise du Fezzan avait empêchés de s'échapper vers le Nord.

 

Communiqué n° 19 du Général Leclerc

(Brazzaville, 24 janvier 1943)

Après une lutte acharné; les troupes motorisées du Lieutenant-colonel Dio se sont emparées, le 20 janvier, d'une position ennemie très fortement tenue couvrant Mizda. Un important matériel a été capturé. Le lendemain, nos troupes occupaient Mizda, centre de résistance ennemie, très solidement tenu dans le but d'interdire, par le Sud, l'accès au Djebel Nefoussa que la Hème Armée britannique débordait par le Nord. Le Capitaine Troadec s'est particulièrement distingué au cours de cette affaire. L'ennemi en déroute laisse sur le terrain ses tués, ses blessés et un important matériel.

Communiqué n° 20 du Général Leclerc

(Brazzaville, 25 janvier 1943)

Dans le Djebel Nefoussa, où nos éléments ont pénétré, l'ennemi est poursuivi sans relâche.

Communiqué n° 21 du Général Leclerc

(Brazzaville, 26 janvier 1943)

Après avoir traversé le Djebel Nefoussa, un détachement des Forces Françaises Combattantes, sous les ordres du Capitaine Farret, a atteint Tripoli le 25 janvier. Il a pris liaison avec le Commandement britannique. C'est donc en 39 jours seulement, après avoir quitté le Tchad, que ces hommes ont atteint la côte de la Méditerranée, surmontant ainsi des difficultés de toute nature provenant de l'ennemi aussi bien que du terrain.

Communiqué n° 22 du Général Leclerc

(Brazzaville, 29 janvier 1943)

Les troupes du Tchad, poursuivant leur avance, se sont emparées, le 26 janvier, des postes de Derg et de Ghadamès à la frontière de la Tunisie, en faisant plus de 100 prisonniers. Un important matériel est tombé entre nos mains.

 

Communiqué n° 23 du Général Leclerc

(Brazzaville, 3 février 1943)

Le nombre de prisonniers faits à Ghadamès, le 26 janvier, par les troupes du Tchad, est 310 et non 100 comme il avait été annoncé précédemment. Le matériel capturé est très important et n'a pu être encore recensé.

Communiqué n° 24 du Général Leclerc

(Brazzaville, 4 février 1943)

Le Général Delay, venu d'Ouargla, a pris liaison, le 2 février, avec le Général Leclerc à Ghadamès.

Une émouvante prise d'armes, comprenant des troupes de la France Combattante et des troupes du territoire Sud-Algérien, a eu lieu en terre étrangère conquise par des armes françaises. Les relations très cordiales à tous égards, établies entre les officiers et les combattants, ont montré, une fois de plus, que l'unité française sera rétablie le jour où auront disparu les grands coupables de la capitulation et de la collaboration.