RESUMÉ DES EVENEMENTS SURVENUS A HAIPHONG Du 1er au 7 Mars I.946

COMMANDEMENT SUPERIEUR HANOI,
DES TROUPES FRANCAISES D'INDOCHINE DU NORD ET AU LAOS
BUREAU DE LIAISON FRANCO-CHINOIS N° 859/BL

Le 11 Avril 1946  

RESUMÉ DES EVENEMENTS SURVENUS A HAIPHONG Du 1er au 7 Mars I946
RAPPORT établi par le Commandant AUBINIERE,
de l'État-Major de la 9éme D.I.C.,
en mission de renseignements et de contact à HANOI et HAIPHONG.

I- Période du 1er au 5 Mars 1946
Au cours de cette période, sur ordre du Général Commandant les T.F.C.I.N., la mission de liaison multiplie les contacts officiels et privés avec les Chinois et les Américains. L'atmosphère est bonne- chacun sait que des bateaux de guerre français ont quitté SAIGON- personne n'y fait allusion. L'idée de l'arrivée prochaine des troupes françaises au TONKIN est dans tous les esprits et ne provoque pas de réaction hostile de la part des Chinois. Autant qu'il soit possible de s'en rendre compte par des conversations privées, il semble toutefois que le Commandement chinois ignore l'imminence de l'opération. L'annonce faite le 1er Mars, de la signature du traité franco-chinois est très favorablement accueillie.
Le 2 Mars, la délégation française offre un dîner auquel assiste le Général WANG Commandant la 130éme Division de la 53me Armée, le Général PE TCHAO YO Commandant le 182éme Division de la 60me Armée et le Colonel LAWLER, Chef de la mission Américaine - Toast au traité et à l'amitié sino-française - L'atmosphère est très cordiale. Les Américains paraissent un peu dépités de voir l'entente s'établir sans leur intermédiaire. Le 3 Mars, réception à HAIPHONG des télégrammes suivants :
TÉLÉGRAMME OFFICIEL N°33I/3-OP Expédié par le Général SALAN Au Lieutenant de Vaisseau LEGENDRE Commandant d'arme à HAIPHONG.


Le 3 Mars 1946 Pour LEGENDRE-


Je vous tiens au courant des négociations en cours à TCHUNGKING - STOP - Relevé troupes chinoises par troupes françaises commencera entre le 1 et 15 Mars et devra être terminée le 31 Mars- STOP- Date exacte de l'arrivée des troupes françaises est le 6 Mars - elle sera acceptée par le Commandement chinois - STOP - État-Major chinois d'accord pour utilisation port d'HAIPHONG - désire avoir disposition HONGAY raison départ 60me armée - STOP - HONGAY sera utilisé après accord obtenu du commandement local - STOP - réarmement citadelle prévu par avion se posant à GIALAM 12 heures avant arrivé troupes françaises HANOI - STOP - Chinois insistent sur nécessité assurer protection de leurs nationaux et de ne pas désarmer systématiquement Congrégation - STOP - ces accords ont été signés TCHUNKING. Leurs transmissions officielle commandement chinois HANOI est attendue incessamment - STOP - Général LECLERC a décidé débarquer date initialement prévu même si HANOI non informé par TCHUNKING - STOP - mettre les autorités local au courant - vous leurs indiquerez date débarquement le 4 au soir et leur demanderez adopter attitude des plus amicales - STOP - signé : SALAN. /.

TELEGRAMME OFFICIEL N°339/3-OP De Général SALAN à Lieutenant de Vaisseau LEGENDRE HAIPHONG

" Prévenir lundi soir chef Mission Américaine que les troupes françaises arriveront HAIPHONG 6 Mars matin - STOP - lui demander laisser à notre disposition tous postes à quai et sur bouées. Une visite de LEGENDRE au Général WANG, dans la soirée du 3 Mars, montre que celui-ci n'a reçu aucune instruction nouvelle de HANOI. Il est décidé d'attendre au lendemain soir pour annoncer au Général WANG la date de débarquement et lui demander ses intentions. Le 4 Mars à 18 heures arrivent à HAIPHONG les Lieutenants Colonels GILLES et CHAVATTE, venant de SAIGON avec plusieurs officiers destinés à assurer la liaison Franco-chinoise. Une visite de sondage de LEGENDRE ayant appris que les chinois n'avaient toujours rien reçu d'HANOI, il est décidé de remettre l'entrevue au lendemain matin.

II- Journée du 5 Mars et nuit du 5 au 6 Mars

Le 5 Mars à 9 heures, le chef de la mission Américaine le colonel LAWLER est averti de la date de débarquement. Il répond :

1- Qu'il ne croyait pas la date si rapprochée ;
2- Que d'après les renseignements reçus de SHANGHAI il pensait que nous débarquerions d'abord à TOURANE. Il demande si le commandement chinois est d'accord. Il lui est répondu que TCHUNGKING a donné son assentiment, que nous attendons un télégramme d'HANOI et que nous prévenons officiellement le Général WANG. ......
A 9 heures également le Lieutenant-colonel GILLES et le Lieutenant de vaisseau LEGENDRE se rendent chez le Général WANG qu'ils avertissent officiellement de la date du débarquement. Le Général WANG répond en substance qu'il n'y voit pas d'inconvénient mais qu'il n'a reçu aucune instruction du Q.G. et ne peut autoriser le débarquement des troupes françaises sans instructions précise des ses chefs. Il est rendu compte de cet entretien par les télégrammes suivants :

Très urgent R. de Emile BERTIN À 0930/5 Emile Bertin de Marine HAIPHONG - N°325 citation -
Général chinois HAIPHONG en très bonne disposition - STOP - admettra volontiers débarquement mais seulement quand il aura reçu ordre de HANOI - STOP - CHAVATTE par HANOI pour cela - STOP - Tous points sensibles seront gardés par chinois 5 Mars soir - STOP - troupes débarquant seront d'abord cantonnées ou bivouacquées puis effectueront relève points sensibles - STOP- Renseignement plus précis sur quais er cadence seront transmis incessamment - signé : GILLES - fin de citation - 5/0345 Z- Ex.

Urgent. R. de Emile BERTIN À 0940/5 Emile Bertin de Marine HAIPHONG - N°326 citation - Primo : sous réserve qu'il reçoive ordre d'HANOI autorisant débarquement français Général chinois d'HAIPHONG d'accord pour notre utilisation des appontements 0 à 5 à l'exclusion de tout autre - secundo : R pense votre IOI capacité absorption zone définie paragraphe 2 télégrammes cité 4500. Tertio- commandement chinois attribuerait également zone cimenterie capacité 5000. Usine Hossenlop capacité 3000 - signé : AUBINIERE- fin citation - 5/0405 Z-

Un télégramme du Général SALAN annonce l'arrivée par avion des instructions nécessaire : Extrême Urgent : R.à 0450/5 Marine HAIPHONG de Marine TONKIN - N°I385 pour LEGENDRE - STOP- Colonel LECOMTE EMG Cdt Supérieur et Général LIOU chef d'État-major 53me armée partent ce matin pour HAIPHONG sur Catalina -stop- Garder au terrain HAÏPHONG un JU 52 pour ramener 5 soir LIOU à HANOI- 5/III8 Z.

Mais la journée passe et l'avion n'arrive pas. A la tombée de la nuit, l'avion n'étant pas là nouvelle entrevue avec Général WANG, dont il est rendu compte par télégramme :
Très urgent ............................................. ... Très urgent : Emile Bertin de Marine HAIPHONG - N°331 - Contact pris à nouveau dix huit heures je dis dix huit heures avec commandant chinois HAIPHONG et secteur côtier- STOP - Il n'a pas encore reçu du Q.G. HANOI aucune information sur conclusion accords sur conditions exécution relève - STOP - Tout débarquement secteur HAIPHONG ou HONGAY rencontrerait son opposition formelle - signé : GILLES - 5/I208 Z.

A 22h30 arrivent de HANOI les deux télégrammes suivants :
R. à 0830/5 Emile Bertin de Marine Tonkin - Ecoutez Marine HAIPHONG N°I387 Pout Al FNEO - STOP - Au moments où ECOMTE était en avion prêt à partir pour HAIPHONG avec Général Chef EM 53me armée chinoise porteur ordre Tg est arrivé de TCHUNKING donnant ordres aux Chinois de ne pas passer à exécution avion a été stoppé - STOP - Entrevue avec chinois en cours - Signé : LECOMTE - 5/I520 Z Extreme
Urgent: R.à I530 GMT Marine HAIPHONG de Marine TONKIN - N°I389 I390 I39I - Pour LEGENDRE HAIPHONG - Primo: Général CHOW Commandant intérim 53me armée a reçu ordre de son Général actuellement TCHUNGKING surseoir débarquement - STOP - raison crainte trouble Annam si nous arrivons Tonkin avant d'avoir épuisé possibilités négociations - STOP - Secundo : Nous avons obtenu seulement (A) Autorisation arrivée en rivière à HAIPHONG (B) ordre à Général HAIPHONG ne pas vous inquiéter si ne débarquons pas (C)

Envoi du Colonel LECOMTE par Catalina demain matin auprès Général LECLERC qui prendra décision -STOP- Tertio : vous demande annoncer arrivé à Général WANG HAIPHONG spécifiant pourra mouiller ou accoster mais sans débarquer (B) Vérifier réception ordres chinois ne pas ouvrir le feu (C) Annoncer ce stationnement admis par le Général CHOW comme provisoire et continuer vos études sur zones respectives après débarquement (D) Annoncer arrivée HAIPHONG par bateau ou avion représentant Général LECLERC - Signé : SALAN - UNPTO DEPTO TOPTO - 05/I425- 05/I430- 05/I435-

Puis du Bertin, à 23 heures et 23 h 45- Urgent. R.à I750/5 Marine HAIPHONG de Emile BERTIN- N°50652 et 50653 Voici déroulement opérations prévues demain 6 Mars HAIPHONG- Primo : pas de débarquement à l'aérodrome - secundo à 5h.30 à 6 LCA accompagnés dragueurs de mines occuperont coupure VU YEN- Tertio à 6 heures Triomphant mouillera poste 8 et 7 LCI accosteront quais - Quarto : rentreront ensuite dans l'ordre deux LST et 6 transports qui accosteront quai poste I, 3,4 et 5 et enfin Algérien qui mouillera appontement phares et balises. Quinto : Savorgnan de Brazza mouillera dans Cua Cam Trieu- 2255-256-5 Extrême-Urgent - R.à2000/5 Marine HAIPHONG de Emile Bertin - N°50654 pour Colonel GILLES- STOP- Je reçois votre 33I impossible arrêter mouvement navire déclanchés avec accord Chungking et commandant chinois HANOI- STOP- bateaux entreront donc dans port comme prévu- STOP - faites impossible pour obtenir accord débarquement- STOP- Si vous n'y réussissez pas mon délégué reprendra les pourparlers demain aussitôt après arrivée bâtiments - Signé : LECLERC - 5/2345Z

A une heure le 6 Mars nouvelle entrevue avec le Général WANG pour lui communiquer les instructions contenues dans les T.O. 1389-90-91- et tenter d'obtenir son accord au débarquement. Compte rendu de cette entrevue est envoyé par télégramme :
Extrême urgent : Reçu à 21155/5 E.B. Marine Tonkin à 23 h 24. Emile Bertin de Marine Haiphong Ecoutez Marine HANOI - N°332 333- Suite message 1389 1390 1391 du Général SALAN, LEGENDRE a informé commandant chinois HAIPHONG à une heure local- STOP - Général WANG non informé par HANOI décline toute responsabilité sur ouverture du feu en cas présentation d'un bateau en rivière avant réception par lui d'instruction concordantes de son Général d'HANOI - STOP - Donne accord pour voyage avion HAIPHONG du Général LECLERC - STOP - En raison très graves conséquences possible estimons nécessaire différer présentation navire en rivière jusqu'à réception HAIPHONG instruction chinoise d'HANOI - STOP - Étant donné état transmissions chinoises ces instruction ne peuvent parvenir HAIPHONG avant fin matinée mercredi - Signé GILLES LEGENDRE - 052145Z - 052150Z

Enfin à 6 heures 15, le 6, prévenu que les bateaux français se présenteraient certainement en rivière au début de la matinée, mais que personne ne débarquerait, le Général WANG, après une discussion de plus de 2 heures, laisse entendre de très mauvaise grâce que ses troupes n'ouvriront pas le feu les premières si les Français ne cherchent pas à débarquer. Néanmoins il fait prendre à ses unités un dispositif de défense. III Journée du 6 Mars A 9h 20, on entend quelques coups de feu isolés, puis quelques rafales d'armes automatiques semblant provenir des quais vers l'usine électrique. Vers 9h 30 l'alerte se répand en ville ; des barrages sont mis en place par les troupes chinoises. Il règne un affolement général chez les chinois et les annamites. Des rafales d'armes automatiques sont tirées dans tous les quartiers de la ville, sans raison apparente. A 9h 50, on entend deux détonations qui semblant être des coups de canon de fort calibre - bientôt suivies de plusieurs autres.

Le Lieutenant-colonel GILLES, le Commandant AUBINIERE et le Lieutenant de vaisseau LEGENDRE se trouvent à ce moment a la Mission Française (Magasins Descours et Cabaud - Boulevard Paul Bert) séparés par un barrage chinois du poste radio qui a été laissé dans une maison peu éloignée. Le Général WANG envoie chercher le Lieutenant-colonel GILLES et le Lieutenant de vaisseau LEGENDRE.
Une discussion très courte mais orageuse s'engage. Il est décidé que le Lieutenant-colonel GILLES accompagnés d'un officier chinois tentera de se rendre auprès du Général VALLUY à bord du Triomphant pour demander de la part du Général WANG :
- La cessation du feu
- Le retrait des navires français à l'Est de HAIPHONG,
- La venue du Général VALLUY à son P.U. à HAIPHONG.

De son côté, WANG donne l'ordre de cesser le feu. Le Lieutenant-colonel GILLES parviendra à bord du Triomphant à 10h40. Le Lieutenant de vaisseau LEGENDRE reste auprès du Général WANG. Le Commandant AUBINIERE reste à la mission pour tenter de récupérer le poste radio et de rétablir les liaisons avec HANOI et avec la flotte. Grâce au concours spontané du Colonel Américain LAWLER le poste peut être récupéré. Le Commandant AUBINIERE profite de la présence du Colonel LAWLER pour lui montrer les ordres du Général LECLERC prescrivant présentation en rivière, accostage mais interdiction de débarquer. Il est précisé à LAWLER que les troupes françaises ont l'ordre formel de ne tirer sous aucun prétexte, sauf ordre du Général Commandant le corps de débarquement. LAWLER répond " si vos gens n'ont pas tenté de débarqué WANG a fait la plus grosse bêtise de sa vie ".

Vers 12h30 un officier de l'État-major chinois, disant que les chinois ont cessé le feu, mais que les canons français tirent toujours. Nous lui répondons qu'aucun canon français ne tire et que les explosions qui se font encore entendre sont dues à l'incendie des munitions entreposées sur les quais. Le feu semble avoir été mis au dépôt de munitions par le tir erratique de quelques isolés chinois. Nous le faisons monter sur le toit pour qu'il puisse voir et écouter par lui-même. Il semble convaincu. Vers 13h30, le Colonel LAWLER passe à la mission. Il dit être passé sur les quais où il y a d'importantes destructions. A nos questions, il répond que son enquête l'a convaincu :
- Que les troupes françaises n'avaient pas cherché à débarquer
- Que les chinois avaient tiré les premiers.

A 14h30 le Général VALLUY passe à la mission, se rendant chez le Général WANG. /.

Le chef de Bataillon AUBINIERE,
Chef du bureau de Liaison Franco-chinoise
Signé : AUBINIERE