Lettre du maréchal Leclerc à Juin du 29 avril 1946

Saigon le 29 avril 1946

Lettre de LECLERC au Général JUIN 499/C

Ayant eu connaissance des attaques très dures prononcées par l'Amiral d'Argenlieu contre moi-même, je me permettais de préciser, en deux mots, pourquoi je serai très heureux, maintenant que le principal est acquis en Indochine, de ne plus servir sous ses ordres.
L'Amiral est un autoritaire qui commande peu jusqu'au débarquement au TONKIN inclus, pas un ordre, pas une directive, sauf parfois après la bataille. Mais en même temps égocentrisme considérable qui n'admet pas d'autre autorité que la sienne.
En somme il serait nécessaire d'approuver sans cesse et d'encenser avec respect, en attendant des ordres qui ne viennent pas. Le second reproche, peut-être plus grave, est un manque de probité intellectuelle dont je ne fus pas le seul à souffrir : en conversation on est toujours d'accord, malheureusement les actes ou les écrits consécutifs démentent ou déforment singulièrement les paroles.
J'ai été amené à le lui dire à plusieurs reprises et je sais que c'est la véritable cause de son désir de mon éloignement. Ce manque de probité peut-être un avantage dans les négociations d'antichambre, mais il est difficilement admissible dans l'action.
Je me permets de signaler que je n'avais fait aucune difficulté pour servir sous ses ordres au moment où seule importait la résolution du problème indochinois.