Vers Strasbourg

14. Vers Strasbourg

(Sources : Mémorial Maréchal Leclerc de hauteclocque, Musée Jean Moulin, Mairie de Paris)

Après avoir complété ses effectifs pour l'incorporation de FFI, dont les deux fils aînés de Leclerc, Henri et Hubert, la 2e DB reçoit pour objectif Epinal, dans les Vosges. Un détachement de la division effectue la liaison, le 12 septembre, avec des éléments de la 1ère DMI (ancienne 1ère DFL) du général Brosset, à Nod-sur-Seine (Côte d'Or) Leclerc pousse jusqu'à Vittel, Contrexeville et Dompaire. Baccarat est libéré le 30 octobre avec l'aide des Forces françaises de l'intérieur et d'une résistante, Marcelle Cuny. Badonviller est libéré le 17 novembre. Leclerc prépare la prise de Strasbourg et le franchissement des Vosges de part et d'autre de la trouée de Saverne pour atteindre la plaine d'Alsace. Les sous-groupements Rouvillois, Massu, Cantarel, Putz et Debray, parvenus en Alsace, sont tous bien placés pour libérer Strasbourg. Rouvillois, commandant le 12e régiment de cuirassiers, arrive le premier avec ses hommes et des éléments du RMT, le 23 novembre. Dans une proclamation, Leclerc rappelle aux Strasbourgeois que la libération de la capitale de l'Alsace a été leur obsession pendant trois ans. La libération de Strasbourg constitue un double symbole. C'est l'aboutissement du serment de Koufra. C'est la Libération de la capitale de l'Alsace annexée par le IIIe Reich.