La Libération de Paris

13. La libération de Paris

(Sources : Mémorial Maréchal Leclerc de hauteclocque, Musée Jean Moulin, Mairie de Paris)

Leclerc et ses hommes sont impatients de libérer Paris, qui s'est insurgé le 18 août au soir. Leclerc envoie de sa propre initiative, le 21 août, en direction de Versailles, un détachement aux ordres du commandant de Guillebon pour tester les défenses allemandes. L'insistance de Leclerc, l'intervention du général de Gaulle, l'envoie d'un émissaire par le colonel Rol-Tanguy, chef des FFI, amènent Eisenhower à donner l'ordre à la 2eDB de foncer sur Paris avec la 4e division d'infanterie américaine. De Gaulle dit à Leclerc " Vous avez de la chance ! ". Le 24 août, la division Leclerc, organisée en deux colonnes, se dirige vers Paris : à l'ouest, le groupement Langlade (par la vallée de Chevreuse, Jouy en Josas, Clamart), au sud, le groupement Billotte (par la Porte d'Orléans, Longjumeau, Massy, Wissous, Fresnes). Ils rencontrent une forte défense allemande. Le soir, à la Croix de Berny, Leclerc sentant qu'une occasion se présente, ordonne au capitaine Dronne avec trois chars et trois sections sur halftracks d'entrer dans Paris pour prévenir les résistants de l'arrivée de la 2e DB le lendemain. Le 24 août à 21h22, le capitaine Dronne et ses hommes arrivent place de l'hôtel de Ville. Les cloches de la capitale sonnent à toute volée. Le 25, la 2e DB entre dans la ville, fait prisonnier le général von Choltitz, commandant du Gross Paris, qui signe la convention de reddition. A la gare Montparnasse où il a installé son PC, des proches entendent murmurer Leclerc après la signature de la vingtaine d'ordres de cessez-le-feu par von Choltitz : " Enfin ça y est ! " Il est un peu moins de 17h lorsqu'il accueille avec Rol-Tanguy, le général de Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la République française. L'Etat est restauré sans heurt. Jusqu'à u 30 août, la 2e DB livre de durs combats au Bourget pour arrêter la contre-attaque allemande sur Paris. Paris, insurgé depuis le 18 août, est libéré le 25 sans destructions importantes. La libération de Paris est une victoire politique de première grandeur pour le général de Gaulle, puisqu'elle confirme son autorité comme chef du Gouvernement provisoire de la République française. Mais la guerre n'est pas terminée.