Extrait des notes de 1943 de Robert LAUGA

(Sources : Mémorial Maréchal Leclerc de hauteclocque, Musée Jean Moulin, Mairie de Paris)

Extrait des notes de Robert LAWGA, évadé par l'Espagne, engagé au 12e RCA, 2e DB, en octobre 1944.

1943

Mardi 15 juin - "Arrivée de 25 nouveaux ce qui porte l'effectif de notre chambre à 125 individus. Nous sommes trop nombreux pour cette pièce mais, par chance, mon camarade et moi changeons de chambre. C'est une chambre qui fût désinfectée dernièrement, aérée, avec un peu moins de punaises. De plus, nous laissons un voisin puant, sale et voleur dont le voisinage est pénible à tous. Conférence sur Jean-Jacques Rousseau."

Mercredi 16 juin - "Mauvaise nuit, je suis mal fichu. Nous apprenons que cette nuit il y a eu une tentative d'évasion, par 3 français, qui a échoué, Conférence sur l'alimentation (1600 calories par personne) (Où sont nos 1600 calories dans nos soupes?) Notre "cabot général" de Montai nous communique une lettre qu'il vient de recevoir. D'après celle-ci nous devons avoir la visite d'un délégué français de la Croix Rouge, la semaine prochaine. Il y aura prochainement des libérations (J'aimerais bien en être mais je n'ai pas assez d'ancienneté). Un prêtre français doit également venir nous voir, de Barcelone. On nous recommande de rester calme pour faciliter la tâche de ceux qui nous représentent. Il ne faut pas envier le sort des Canadiens qui seraient, paraît-il, enfermés dans un camp d'internement jusqu'à la fin des hostilités...? Enfin, c'est un évêque français qui va représenter le gouvernement d'Alger à Madrid (Monseigneur Boyer-Mas). Petit incident entre "cabots "espagnols et français où les français s'en tirent à leur honneur. (Je ne me souviens pas de cet incident vieux maintenant de plus de 50 ans).

Jeudi 17 juin - "Mauvaise nuit j'ai de la diarrhée avec vomissements. Je n'ai pas le courage de manger. Cinq nouveaux camarades sont arrivés dont un capitaine de l'Ecole des Cadets. Il a été blessé par les Allemands en traversant la frontière. Son convoi a eu une traversée mouvementée avec morts et blessés. Conférence sur la valeur nutritive de différents aliments. "

Vendredi 18 juin - "Ca va mieux! Quinze nouveaux camarades viennent d'arriver. Un de mes camarades et ami a la chance de partir. A quand notre tour? Conférence sur les vitamines B, C, K, etc. (C'est curieux comme ces conférences avaient pour sujet la nourriture qui se révélait plus que spartiate dans un lieu tel que le Seminario Viejo. Seule explication : notre obsession de la nourriture...).

Bonne nouvelle, nous apprenons que dorénavant nous toucherons 35 pesetas par semaine par la Croix Rouge et que 20 des nôtres seront libérés sous peu. Conférence sur Rousseau économiste qui soulève de nombreuses controverses.

Samedi 19 juin - "Nuit à peu près normale, en effet, mon camarade Jacques Bill et moi avons pu avoir une maigre paillasse, un peu plus épaisse que la couverture, c'est toujours mieux que la simple couverture sur le sol. Nous avons eu 20 nouveaux arrivants et la libération de 25 "veinards". Conférence sur les vitamines A, D, E, et F (Ces vitamines virtuelles ne nous nourrissent pas beaucoup), puis, une autre conférence sur la pêche au chalut."

Dimanche 20 juin - "Messe parlée par un prisonnier espagnol pendant tout l'office. A la fin de l'office, tout le monde doit crier ; "Arriba Spana, Vive Franco, ce que nous traduisons par : "à bas Spana, à mort Franco " (pas trop fort). De nombreux Français communient. Hymne franquiste pendant l'élévation. Aujourd'hui, les Espagnols se sont surpassés pour le déjeuner, nous avons eu du riz au gras (un peu...) d'où, bousculades pour glaner les 3 louches. On vient me demander de faire une conférence sur l'or pour après demain. (C'est mon stage minier au Dahomey qui me vaut cet honneur). Je la prépare. Ce soir les Espagnols se rattrapent car nous n'avons eu droit qu'à une sorte de purée de farinette de fèves et pois chiches, le tout immangeable,"

Lundi 21 juin - ''Arrivée de 20 nouveaux. A midi, nous avons eu droit à du riz, mais ce soir, on nous redonne cette infecte soupe de fèves, serait-ce le nouveau menu? On nous a fait passer une visite de dépistage de la gaie. Deux portefeuilles ont disparu de la chambre des Canadiens. Fouille générale sans résultat. Tout le monde est en joie car il y a eu distribution de conserves en provenance de la Croix Rouge."

Mardi 22 juin - Ce matin, il y a eu une grosse activité. En effet, avec les boites de conserves vides, nous confectionnons des couteaux et cuillères. Arrivée d'une quinzaine de nouveaux. On nous a vacciné contre la fièvre typhoïde, car, il y aurait paraît-il des cas en ville. J'ai fait ma conférence sur la prospection aurifère et sur l'A.O.F. en général devant un auditoire assez nombreux."

Mercredi 23 juin - "Arrivée d'une dizaine de nouveaux. Conférence sur l'électricité. Nous avons passé une visite devant un médecin auquel j'ai signalé avoir de temps en temps des accès de paludisme, m'a trouvé un léger excès de tension. Chahuts entre notre chambre et la chambre n°5."

Jeudi 24 juin - "Je suis de corvée de nettoyage de la chambre. Visite du sous-directeur de la prison à tête de bandit. Les prisonniers espagnols sont dans la cour, punis, au garde à vous au soleil. Un coup de fusil a été tiré dans une des fenêtres de notre chambre."

Vendredi 25 juin - Conférence sur le théâtre au cours des siècles à l'époque des Grecs,

Romains et au Moyen Age. Une quinzaine de nouveaux sont venus renforcer notre effectif déjà pléthorique. Notre "Cabot Général "de Montai nous a donné de bonnes nouvelles d'espoir de libération..."

Samedi 26 juin -"Arrivée de 77 nouveaux. Distribution de paillasses (II n'y en a pas pour tout le monde) elles sont aussi plates que les nôtres qui ressemblent à des galettes, non isolantes du sol. Trois de nos camarades sont libérés. Conférence sur le Maroc physique et historique. Distribution de quelques conserves de la Croix Rouge. Je me sens un peu fiévreux, ce soir."

Dimanche 27 juin - "Messe. Aujourd'hui la "soupe" n'est servie qu'à 14 heures (en fait à l'heure,
espagnole), mais elle est copieuse avec un peu de viande. Cet après-midi on nous oblige à descendre au patio alors que nous aurions préféré rester dans nos chambres. J'ai passé une partie de l'après-midi à m'épouiller. La chasse était, malheureusement, fructueuse avec la découverte de poux et d'oeufs, c'est dégoûtant ! A quand la liberté ? "

Lundi 28 juin - "Arrivée de 77 Canadiens. Nous serions parait-il près de 600 prisonniers (en dehors des Espagnols). La nouvelle de la prise de Sicile et de la Sardaigne nous parvient, est-ce vrai? Que se passera-t-il cette semaine, verrons-nous enfin cette libération tant attendue et espérée ? D'après "radio bobard", 15 Canadiens seraient libérés par semaine et bientôt 140 Français. D'autre part, nous apprenons que la prison de Gerone a été vidée des 250 Français qui s'y trouvaient à l'exception de 3 militaires qui nous ont rejoints. Notre tour devrait venir rapidement... Ce soir on ne nous a pas distribué la tranche hebdomadaire de pain américain de la Croix Rouge, Elle nous manque bien!".

Mardi 29 juin - "Comme les deux nuits précédentes, j'ai travaillé l'Espagnol. Aujourd'hui c'est la fête religieuse de St Pierre et Paul. Il semble qu'il y ait eu des feux de joie dans toute la ville car nous avons entendu des chants toute la nuit. J'ai fait un massacre de punaises. Arrivée de 6 nouveaux camarades. Communication du "Cabot général "de Montai : "on s'occupe de nous à Barcelone parait-il". Nous verrons bien! On nous distribue une petite caisse de ravitaillement de la Croix Rouge pour cinq personnes. Malgré la fête, notre "soupe quotidienne" n'a pas été améliorée."

Mercredi 30 juin - "R.A.S. " Radio Bobard " nous annonce la libération toute prochaine de 30 des nôtres. En attendant, arrivée d'une dizaine de nouveaux."

Jeudi 1er juillet - " Ce matin, nous avons eu droit à une très grande nouvelle. Nous étions au patio, lorsque le " Cabot Général " de Montai est monté en chaire et nous a annoncé solennellement que 50 Français seraient libérés ce soir (ce n'est pas manana et sous peu, 200 autres. Ces nouvelles provenaient du représentant du consul d'Amérique, qu'il nous transmettait mais avec quelques réserves. Deuxième nouvelle : l'Official (Don Jose) nous annonce que tous les Français arrivée avant le 31 mai seraient libérés pour aller au Portugal. Quant aux autres, ils iraient à Barcelone. A la suite de ces déclarations, il se met à régner une grande effervescence car les anciens se préparent pour là cas où.., J'ai peur qu'il y ait de nombreuses désillusions. Eh bien, pour une fois ce n'est pas un bobard. Les départs se réalisent avec 50 de nos camarades désignés. Ce sont tous des anciens qui ont 4 à 5 mois de détention. On leur donne 7 minutes pour se préparer. Ils partent au milieu de multiples ovations. Demain, il doit y avoir un autre convoi de 50 camarades. Serait-ce les séries de départs tant annoncés. En attendant, arrivée d'une vingtaine de nouveaux. Il y a tout de même de la joie dans l'air..."

Vendredi 2 juillet - "Ce matin on nous a distribué du tabac. Aujourd'hui départ des 50 camarades, annoncé hier, tous des anciens des plus sympathiques. Quels cris et quelle joie! A quand notre tour? Ces départs sont, cependant compensés par 43 nouvelles arrivées Un de mes amis, affecté au bureau, m'annonce que j'ai le numéro 120 sur la liste des départs. Mon moral remonte. Bien sûr, je suis heureux de voir partir des amis, mais tout de même j'ai un pincement au coeur à chaque départ..."

Samedi 3 juillet - "Il pleut. Arrivée de 20 nouveaux et, parmi eux un des Carcassonnais que nous avions perdu à Savignac, lors de notre départ de France, Radio bobard fonctionne à fond de nombreux bruits contradictoires circulent au sujet des prochains départs. Cette nuit a été agitée avec de nombreuses allées et venues. Il s'agissait d'un voleur doublé d'un escroc (car hélas il y en a parmi nous. Certains ont franchi la frontière parce qu'ils avaient des ennuis liés avec le marché noir. Leur principale préoccupation est de continuer leur sale besogne et de trouver une planque jusqu'à la fin des hostilités) qui se faisait corriger et ce, jusqu'à 2 heures du matin, heure à laquelle les Espagnols sont venus le chercher pour le mettre en cellule (calaboz). J'ai l'impression qu'il risque d'y rester longtemps. J'ai trouvé lamentable de voir des individus participer à cette correction, alors qu'eux-mêmes n'avait pas souffert de ses vols, il suffisait de le remettre aux autorités espagnoles."

Dimanche 4 juillet - "Messe toujours ponctuée de coups de clairon. Mise en cellule de ceux qui ont frappé le voleur, la nuit dernière. Les Canadiens ont été mis au garde-à-vous au soleil, punis par les Officiais, car ils n'étaient pas descendus assez vite au patio."

Lundi 5 juillet -"Aujourd'hui départ de 60 camarades, Tous exultent de joie! L'espoir devient sérieux pour ce qui nous concerne. Jacques Bril, plus optimiste que moi, pense que notre départ aura lieu demain (manana). Je n'y crois pas, mais, tout de même j'ai l'impression que l'on s'occupe de nous. On parle de la nomination de nouveaux "cabots" de chambre. Certains veulent me proposer. Pourquoi ? "

Mardi 6 juillet -"Arrivée d'une quinzaine de nouveaux. Ce matin, j'ai été nommé "cabot," chef de chambre. J'espère que je remplirai consciencieusement ce rôle qui consiste à surveiller la bonne tenue de la chambrée, à désigner les corvées et à présenter aux officials la chambrée au complet à l'appel du soir. Aujourd'hui, des camarades optimistes se préparent pour un départ éventuel. Vers 19 heures, la fameuse liste tant attendue arrive. A ma grande stupéfaction, j'entends le nom de mon camarade Bril. Joie de celui-ci qui n'y comprend rien. Je suis à la fois content pour lui et un peu peiné de le voir partir. Ils sont 50 sur le départ. Il y a des déceptions pour ceux qui croyaient fermement que leur tour d'être libéré arriverait avec ce convoi. Mon camarade Bril me promet formellement de s'occuper de moi à Barcelone. Je suis déçu ce soir !