Reddition de Koufra 1er mars 1941

(Sources : Mémorial Leclerc de Hauteclocque, Musée Jean Moulin, Mairie de Paris)

Entre MM.

-                     le colonel Leclerc commandant les troupes françaises
-                     le capitaine Colonna commandant la place de Koufra

 

Ont été arrêtées les conditions suivantes de reddition.

1)                 Un hôpital mixte pour blessés français et italiens organisé immédiatement sous la direction du médecin dans les locaux sanitaires situés près de la [...]

2)                 Tout le matériel d'armement collectif + individuel et automobile sera maintenu en place, les armes en position à l'extérieur du fort seront rapportées dans l'enceinte dans un local désigné par le commandant.

3)                 Aussitôt après la signature la section française composée uniquement d'européens prendra possession du fort : le bastion et le fort seront occupés.

4)                 La garnison est autorisée à envoyer des messages radio privés et sera ensuite autorisée à mettre hors d'état le poste radio.

5)                 Toute la garnison sera rassemblée à 14h sans arme dans la cour et sera passée en revue par le colonel Leclerc ; les Askaris seront ensuite dirigés en ordre sur leur camp. Commandement du camp des Askaris Lt Fabre ayant comme adjoint un officier italien.

Le commandement français prendra toutes les dispositions pour assurer aussi rapidement que possible :

-                     Le retour des armées des Askaris originaires de Koufra

-                     La libération des Askaris étrangers à l'oasis.

6)                 Les officiers, sous-officiers et hommes de troupes nationaux italiens seront dirigés le plus tôt possible sur Faya et Fort-Lamy et le général commandant supérieur règlera leur stationnement.

7)                 Dès la signature du présent acte, le commandant du Fort du Tag passe au colonel Leclerc autorité militaire sur son poste de commandement.

 

Koufra, le 1er mars 1941

 

Le colonel Leclerc                  Le colonel Colonna